les actualités de votre pharmacie

13/04/2018
LE PRINTEMPS ET LE RETOUR DES ALLERGIES....

Le printemps s’installe, annonçant l’arrivée des beaux jours. Pour beaucoup de Français, printemps est synonyme de belles balades. Pour d’autres en revanche, c’est surtout les ennuis qui commencent. Ainsi, pour près d’un tiers de la population, l’heure des allergies a sonné ! Heureusement pour eux, certaines plantes peuvent leur venir en aide.

Quelles plantes contre la rhinite allergique ?

La rhinite allergique est une réaction inflammatoire, au niveau du nez, déclenchée par l’inhalation d’allergènes aussi bien en intérieur (acariens, poussières, etc.) qu’en extérieur. Lorsque l’allergie est provoquée par les pollens ou moisissures de l’environnement, on la qualifie de saisonnière (ou rhume des foins).

Pour calmer les différents symptômes (éternuement, irritation des yeux, congestion des sinus et sécrétions nasales), on peut se soigner soi-même avec les plantes. Il se trouve que nombre d’entre elles ont une action sur la rhinite allergique, dont l’Euphraise, le Grand Plantain et l’Echinacée.

A savoir ! Lorsque les crises sont aiguës ou dans les cas d’allergie sérieuse comme l’asthme, il faut consulter un médecin avant toute prise de plantes médicinales. De la même façon, si une aggravation de l’allergie est constatée après absorption du remède, il faut se rapprocher de son médecin.

L’Euphraise (Euphrasia offidnalis) est une plante connue depuis le XVIème siècle pour son efficacité dans les inflammations de la muqueuse de l’œil et des paupières. Elle est utilisée de nos jours pour traiter les infections et allergies de l’œil, mais aussi des sinus, de l’oreille moyenne ainsi que des voies nasales, notamment grâce à son action sur les sécrétions abondantes.

Le grand plantain (plantago major) est prescrite pour de nombreuses indications (diarrhée, ulcères, colite, dysenterie, bronchite aiguë, hémorragies urinaires, et même dans l’extinction de voix) dont la rhinite allergique. En particulier en cas de mucosités aqueuse et abondantes, on peut le boire (jusqu’à 3 tasses par jour) en infusion, seule ou association.

Enfin l’Echinacée (Echinacea) est l’une des plus importantes plantes médicinales ; elle renforce les défenses immunitaires. Pour soulager une rhinite allergique, il est conseillé de prendre une demi-cuillère à café de teinture d’Echinacée (solution hydro alcoolique obtenue après la macération dans l’alcool de plantes fraîches), dans de l’eau chaude, 3 fois par jour.

 

 

15/03/2018
DOSSIER VITAMINES: TOUT SAVOIR SUR LA VITAMINE D

Vitamine D ou calciférol

La vitamine D est la vitamine du soleil ! Sa découverte est liée au rachitisme, maladie affectant la calcification osseuse chez les enfants des régions faiblement ensoleillées. Au début du 19e siècle, des médecins découvrent les propriétés préventives et curatives de l’huile de foie de morue sur le rachitisme. Ce n’est qu’au 20e siècle que la vitamine D est isolée.

Où la trouve-t-on ?

Le terme de vitamine D regroupe en réalité plusieurs molécules dérivées des stérols (famille du cholestérol).

Chez l’homme ; il existe plusieurs formes de vitamine D :

Vitamine D2 = ergocalciférol Vitamine D3 = cholécalciférol Le calcitriol
Forme inactive Forme inactive

Forme active

Produite par les végétaux D’origine animale et endogène

Vitamine D2 ou D3

Les Apports Nutritionnels Conseillés pour la vitamine D sont de 15 µg par jour.

Aliments riches en vitamine D : poissons, œufs, fromage, foie.

Outre l’apport alimentaire, l’essentiel de la vitamine D est produit par l’organisme de façon endogène sous forme de vitamine D3. 
Au niveau de la peau, les rayons ultraviolets activent la formation de vitamine D3 à partir d’un dérivé du cholestérol naturellement présent dans l’organisme. La vitamine D n’est donc pas considérée comme une vraie vitamine puisque l’Homme peut la fabriquer lui-même, mais plutôt comme une véritable hormone stéroïde. Liposoluble, la vitamine D se stocke dans les graisses.

Comment la conserver ?



 

À quoi sert-elle ?


Que se passe-t-il en cas de carence ?

La déficience en vitamine D est aujourd’hui reconnue comme une pandémie. En France, 80 % de la population est concernée. En effet, peu d’aliments en contiennent et ils ne suffisent pas à couvrir les besoins surtout en période hivernale lorsque l’ensoleillement est au plus bas.

Les signes d’une carence en vitamine D sont :

  • Réduction du tonus musculaire
  • Fatigue
  • Déficience osseuse

Plus d'infos sur: http://www.nutergia.com/fr/nutergia-votre-expert-conseil/dossiers-bien-etre/vitamines.php